vendredi 4 novembre 2011

Interview de Spray Yarps






Qui es-tu ? Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

YARPS  Spray  pochoiriste , « streetartiste » underground a mes heures perdues ...né a Paris dans le milieu des années 60. 


A quel moment as-tu connu (ou vu) tes premiers tags, graffes, pochoirs, collages ?

Lorsque je suis arrivé a Panam...fin des années 80...j'ai découvert de superbes graffs dans les escaliers de Radio NOVA au 33 rue du Faubourg St Antoine ( la rédaction du journal Actuel...)  Magnifique ( j'ai tout ca en photos argentiques )...mais le pochoir est différent et m'a tout de suite interpellé, il y a le coté « vite fait bien fait » qui est complètement adéquate pour intervenir dans la rue rapidement et éviter ainsi les ennuis avec la marrée chaussée avec  néanmoins, un résultat souvent bleuffant ...de plus , il y a un vrai instant de bonheur et d'émerveillement lorsqu'on enlève la matrice après bombage et que l'on découvre le résultat sur le mur... j'ai essayé de faire partager ce petit  instant de pur bonheur en créant le concept des kit pochoirs a l'époque de l'artboutique ( Zen Cop/ 51 Av de St Ouen )...je distribuait des kits contenant , matrices déjà découpées par mes soins , gants en latex et bombes le tout conditionné dans une box avec le pochoir dessus, le tout pour une somme modique compte tenu du temps passé a les faire ( je dois encore avoir une ou deux photos de ca...)... les gens qui en faisaient l'acquisition pouvaient bomber eux même leur pochoir immédiatement  dans la rue ou ailleurs !
Jérome Mesnager, Blek, Speedy Graphito, Kriki ( Nukle-Art ), Epsylon, les VLP sont autant d'artistes que j'adore et qui ont étés des déclencheurs pour moi...
Une autre personne a joué aussi un rôle important dans mon parcours...un photographe féru de streetart  notamment de pochoirs , amoureux comme moi de Paris, du nom de Gérard Lavalette...nous avons travaillé conjointement pendant plusieurs années...il prenait des photos pour moi spécialement dédiées a la découpe de pochoir que je découpais ensuite puis bombais sur les murs ...une fois poché , il prenait en photo le résultat sur le mur...ce mec est une mémoire vivante des pochoiristes parisiens...sa collection de photos est impressionnante...


Est-ce que cela t’a donné envie de faire la même chose ?

Oui !


Est-ce un passage obligé dans ta création artistique ?

C'est plus qu'un passage obligé mais une fin en soit...je veux rester toujours fidèle a la rue !
Tout comme l'artiste lord HAO un pochoiriste oldschool très talentueux que j'apprécie tout particulièrement, le coté underground est important dans ma démarche...
Au passage puisqu'on parle d'underground, j'ai également fait pas mal de pochoirs dans les catacombes ou plutôt les carrières de Paris que j'ai visité en long et en large pendant de nombreuses années...c'est d'ailleurs la, il me semble que j'ai du voir les premières silhouettes blanches de J. Mesnager ...
Il ne me reste pas beaucoup de photo de cette époque ( le numérique n'existait pas...) mais j'en ai trouvé sur le net sur des cites cataphiles...difficile de rester dans l'ombre même 30 mètres sous terre, c'est dingue !
Je suis très timide et n'aime pas me dévoiler, tu ne sais pas la chance que tu as d'avoir cette interview de moi... ha ha ha !!!  d'ailleurs comme beaucoup de personnes timides , j'aime la provoc et les images chocs qui sont ma principale source d'inspiration avec la musique qui est carrément vitale pour moi...


Que penses-tu du graffiti ? Des « streetarteurs » d’un jour ?

Pas grand chose...chacun a le droit de s'exprimer a sa facon...tant que c'est dans le respect des autres artistes...


Peux-tu nous raconter ton histoire à partir du moment où tu as commencé ? En quelle année et dans quels endroits ? Qui as-tu croisé à cette époque ?

J'ai commencer a faire des pochoirs dans la rue a la fin des années 80...mais surtout lorsque je me suis installé a Paris début 90...j'habitais alors un studio, rue des Abbesses dans le 18eme, et bossais mes pochoirs au squat « Garage 53 » situé avenue de St Ouen non loin d'un autre squat « l'hôpital éphèmère... J'ai fais la connaissance au garage de presque tous les artistes qui allaient former le collectif de la Zen Copyright , SP38 , Pedrô! ( aka Pedrô de Belleville ) , Momo , Davis Dutreix , Mick , Eduardo, et aussi Basalt ( Banga & Shuck ) de super graffeurs...
J'adorais et adore toujours leur taf... J'étais le seul pochoiriste de la bande.
Je faisais surtout des pochoirs dans les différents squats da la capitale et parfois dans la rue...
Expulsions après expulsions nous avons ouverts de nombreux espaces dans Paris...
Rue d'Edimbourg, un ancien conservatoire dans le 8ème puis rue de Trevise dans le 9ème puis Passage Turquetil dans le 11eme, rue des cascades dans le 20ème, rue de La Grange aux belles dans le 10ème, rue du Dragon dans le 6ème et j'en oublies... d'autres pochoiristes comme mon pote le Bateleur (R.I.P.) ou CAD se sont joints a nous...Pedrô! ( a.k.a Pedrô de Belleville...bigup au passage ) s'est également mit au pochoir et ne fait maintenant plus que ce type de peinture.
Avec la Zen Copyright on collait dans les rues de Paris, c'était un peu notre marque de fabrique...je me souviens qu'on avait un caddy de supermarché rempli d'affiches et de colle avec lequels on faisait des tournées et on prenait même le metro avec pour aller coller !
La Zen s'est dissoute a la fin des années 90 , SP38 est parti a Berlin , Davis Dutreix a Nice au pigeonnier, Pedrô rue Denoyer,  certains ont malheureusement rejoint les anges comme Mick, Eduardo , Le Bateleur...et nous manquent cruellement...j'en profite pour leur rendre hommage, ils sont toujours dans nos coeurs !
Dernièrement avec Pedrô nous avons formé un CREW ( pour être a la mode... ;-))) qui s'appelle le Crew du laid ou le Laid CREW...un pied de nez a ceux qui se vantent de faire du beau  !!! 

Notre slogan...besoin de personne en art laid !

 

As-tu « posé » à l’étranger ? Avec qui ? Et pourquoi ?

Je n'ai presque jamais posé a l'etranger personnellement mais en revanche, j'ai régulièrement des pochoirs collés sur les murs de Sao Paulo grâce a la folie et a la passion d'un pote que beaucoup connaissent dans le milieu du streetart , Eric Marechal aka Street Art Without Borders. Ce type génial qui est un fou furieux du streetart, profite de ses déplacements professionnels pour coller des artistes francais a l'étranger et a l'inverse ramène de l'étranger des artistes a coller a Paris et tout cela de facon complètement désinteressée si ce n'est qu'il prend systématiquement et minutieusement en photos tous ses collages, les archives et bien entendu, les transmets ensuite a l'artiste en question . Il apporte une réelle plus-value a l'oeuvre dans son choix du lieux, de l'endroit ou il colle, dans sa facon de coller comme dans la mise en scène de ses photos en général avec des personnages, des passants qui « collent » bien avec l'oeuvre.  J'aime beaucoup poser avec lui lorsqu'il est a Paris, sa démarche est exceptionnelles et fait des émules et des jaloux aussi ( beaucoup de gens ne veulent pas croire qu'il puisse faire ca avec un total désintèressement )


As-tu exposé en galerie ? Et quand ?

1990 //  
·       Festival internationnal de Reuigort - Amsterdam

1992 //

·       L'art boutique tombe les masques  18/23 fev  Le Garage 53 Av de St Ouen 75018 Paris

·       Une toile, une chaise, une chaussure  15/29 mai  Galerie Zen Copyright   23 rue d'Edimbourg 75008  Paris

·       A table !   23/30 juin   Galerie Zen Copyright  rue de Trevise Paris

·       Mais ou sont nos poilus  10/24 nov   Galerie Zen Copyright  rue de Trevise  Paris

·       Sâpes peintes de Noel   17/31 dec   Galerie Zen Copyright  rue de Trevise  Paris

 

1993 //

·       Le printemps , les oiseaux, les expulsions   23/30 mars  Galerie Zen Copyright  rue de Trevise   Paris

·       Vos papiers, on s'affiche   15 juin/ 15 juillet   Galerie Zen Copyright rue de Trevise   Paris

 1994 //

·       Performance Bastille  Galerie improvisée   9 oct

·       Artistic Expulsiv Show & Colors – Magic Gallery – Berlin

·       Retrospectivation  Zen Copyright Panorama   3/15 dec   Galerie 80 rue des Cascades  75020  Paris

 1995 //

·       L'art-moureux    16/23 fev  Galerie Zen Copyright  rue de Trevise Paris

·       Open Your Eyes to Open Doors   17 & 18 dec   Galerie Zen Copyright Passage Turquetil  75011   Paris

 

1996 //

·       Auront-ils la peau de Bouddha   1/15 avril   Galerie Zen Copyright   rue de Trevise  Paris

·       L'art & la matière  3/10 dec  Galerie  80 rue des Cascades  75020 Paris

 1997 //

·       Madame Cocotte & ses petits chéris   22/29 sept   Galerie Zen Copyright rue de Trevise  Paris

1998 //

·       Coco & Co   21/28 mars   Espace LAUTREC  11 rue André Antoine 75018 Paris ( Yarps- Charlie Schlingo- Max-Davis Dutreix-Les frères pomme de terre- La princesse des petits pois)

2010 //

·       Matrices     1/13 juin   Galerie  59 rue de Rivoli  75001  Paris


Est-ce que tu vis de ton art ?

Non, je ne vis pas de mon art et n'essaye pas de le faire...d'ailleurs , en règle general , je donne mes oeuvres ( a commencer par la rue...) ou j'aime bien aussi faire éventuellement des échanges, des trocs !
Les expos , vernissages et autres mondanités ne sont pas ma tasse de thé...je ne m'y attarde pas bien longtemps en général...
De plus mon boulot et ma vie de famille me prennent beaucoup de temps et du coup ma production n'est pas très conséquente...


Anecdotes //


Début 90, Un bombage dans le commissariat central du 18eme a la Goutte d'Or , a la demande des inspecteurs qui m'ont auditionné le lendemain matin  après une nuit de garde a vue... 
Les cowboys qui m'ont sérré et mis les pinces, eux, ont joué avec mes matrices et mes bombes pendant que j'étais derrière les barreaux... 


Hallucinant de vider de la bombe dans les burlingues des inspecteurs a leur demande !
Je leur ai fait  un Pedrô et un Gainsbourg … ( Ca tombe bien , il adorait finir ses soirées dans les commissariats de la capitale...
J'avais mon masque...pas eux ! Ils en ont pris plein les nasaux !
Y  a aussi des gens bien chez eux...  même si ca saute pas aux yeux !  si si ...
Tout cela s'est passé avec un autre ami pochoiriste avec qui j'officiais a l'époque , on s'est fait prendre en flag tout les deux !


Pour l'anecdote , le dossier qui devait être "classé verticalement" a refait surface 5/6 ans apres et  nous a valu bien sur une après midi au chaud sur le banc des accusés du tribunal de l'ile de la cité...    ( les gus ont du être mutés...)   Bah...il y avait prescription ! On a écopé d'une amende que je n'ai jamais payé !


Autre anecdote : mon prénom Spray
Tout le monde a percuté que Yarps c'est spray a l'envers...( rien a voir avec YARPS le portail homo qui est apparu bien longtemps apres  et dont je n'ai rien a voir !!! )
Lorsque nous étions dans les différents squarts avec la Zen Copyright , les huissiers de justice et autres gens assermentés qui envoyaient les lettres d'expulsions  et de mises en demeure, passaient nous voir sur les lieux du délit afin d'établir une liste plus ou moins exhaustive des occupants … nous donnions bien sur toujours des noms fantaisistes et parfois d'artistes  célèbres disparus...


Moi , je disais toujours m'appeler YARPS et comme ils voulaient aussi un prénom , je répondais  Spray...du coup, j'ai tout un tas de lettres de mises en demeures , commandement de quitter les lieux , menaces d'expulsions au nom de Monsieur  YARPS   Spray...c'est  assez  hilarant de voir ca sur les courriers officiels avec les tampons et sceaux d'huissiers de justice


J'ai d 'ailleurs mis une de ces lettres en ligne sur ma page FB...


Interview // Tarek
Photographies // Yarps et Tarek

1 commentaire:

  1. Intérressant et étonnant de francise, merci Yarps.

    RépondreSupprimer