vendredi 19 septembre 2014

Chroniques #7

-->
Les Larmes du Seigneur Afghan

Campi, Zabus et Pascale Bourgaux / Aire Libre, 2014

Après son retour d’Afghanistan où la guerre sévit toujours, la journaliste Pascale Bourgaux tente de comprendre comment un des bastions de la résistance aux Talibans semble prêt à basculer du côté de l’ennemi. Cette BD documentaire, dans la lignée du Photographe d’Emmanuel Guibert (chez le même éditeur), revient sur l’histoire récente de ce pays où la nouvelle guerre froide semble renaître après y avoir vu l’ex-Union Soviétique disparaître. Le documentaire TV réalisé pour la RTBF en Belgique, que je vous invite à découvrir aussi, trouve avec cet album un prolongement didactique et passionnant. Ce n’est pas un livre illustré « making-off » mais un autre regard sur ce sujet politique majeur. La narration et les dessins mettent en valeur ce récit politique sans le rendre niais ou complaisant. Une belle réussite éditoriale et graphique à lire… Bien plus intéressant que nombre d’articles sur le sujet dans des journaux insipides servant le discours officiel de l’OTAN.

TBY

           

Le Temple du passé 

Hubert et Le Roux / Ankama, 2014

Les éditions Ankama ont lancé il y a quelques temps une collection dédiée aux adaptations des romans de Stefan Wul, célèbre romancier de science fiction ; une initiative artistique qu'il faut saluer tant elle propose des histoires intéressantes et dynamiques en général. Cette série "Le Temple du passé" ravira les fans de SF pur jus, avec son huis-clos labyrinthique dans un vaisseau spatial à la dérive, et qui permet de découvrir petit à petit une société aux meurs très différentes de la nôtre, avec une mise en perspective intéressante. Entre survie et nouvelles perspectives que la science et la technologie permettent de créer, il y a aussi de la place pour une religion particulière. L'histoire d'aventure à base de planète exotique et de créatures improbable est prenante et on attend simplement la suite.

VP



Rayons pour Sidar

Mangin et Civiello / Ankama, 2014

Autre adaptation des romans de Stefan Wul, "Rayons pour Sidar" propose un parallèle avec l’histoire du colonialisme en Indochine française, ou encore au Maghreb. Dans le futur, sur la planète Sidar, les colons terriens ont tenté d'apporter la civilisation aux autochtones ; mais après quelques décennies, le contexte est trouble, entre paternalisme et révolte. On accompagne un jeune homme (Lorrain) qui traverse des terres hostiles pour retrouver son robot, double parfait de lui-même. 

On remarquera les pages très dynamiques de Civiello, au graphisme propice à l'évocation de mondes fantastiques, et un beau travail en volume des personnages et ambiances. Le deuxième tome sera également la conclusion de l'histoire...

VP



Une aventure de Spirou et Fantasio, La femme léopard

Yann et Olivier Schwartz / Dupuis, 2014

Bruxelles, 1946. Une canicule s’est abattue sur la capitale belge, encore très marquée par la Seconde Guerre mondiale. Sur les toits, une femme-léopard fuit, poursuivie par deux robots improbables. Elle se cache dans la chambre mansardée du colonel Van Praag, un vieux colon irascible. Ce dernier la découvre puis la blesse à l'épaule lors d’une terrible bagarre. C'est à ce moment qu'intervient Spirou devenu ivrogne à la suite du décès de son amie. Cette rencontre nocturne va bouleverser sa vie et le sortir de cette horrible dépression. Il se ressaisit et une nouvelle aventure commence dans laquelle il va croiser des Nazis, des espions et bien d’autres personnages aussi étranges que tordus. Ce nouvel opus est riche en rebondissements et confirme l’orientation adulte de cette série mythique avec un scénario sur mesure et des dessins très léchés. Une bande dessinée qui vaut le détour même s’il faut attendre le second tome pour connaître la fin de l’histoire.

TBY



Le choix de la rédaction

Private Liberty, T1 L’Échelle de Kent

Nerac, JB Djian, Ternon et Kanigaro / Ed. Vagabondages, 2014

« J’aimerais maintenant tester votre réaction aux munitions de gros calibre » propose-t-on au héros en page 27. C’est exactement le défi qui se posera aux lecteurs de cette perle découverte totalement par hasard, grâce à sa couverture très réussie qui hypnotise. Cette bd est tout simplement la meilleure surprise de l’année ! Au scénario, un beau duo de pros. Le vétéran encore vert Jean-Blaise Djian et le novice Nérac (c’est son 1er album !) font mouche avec un récit qui digère parfaitement le double héritage des comics et du franco-belge, pour en extraire le meilleur. Ce qui démarre comme un polar noir avec le journaliste local Jean Fanal enquêtant sur un meurtre à Bayeux (en dire plus serait criminel) se mue sans effort en un thriller fantastique qui fait de cet album un OVNI éblouissant au sein de la production actuelle. Un récit très bien construit, haletant, avec un personnage central attachant, une figure héroïque charismatique et des seconds rôles savoureux, un rythme qui monte en intensité et toute une mythologie crédible qui envoûte et promet plus encore. Au dessin, Cyrille Ternon, déjà complice de Djian sur l’intéressant Silien Melville, est monté en puissance et prouve qu’il est autant capable d’exploser dans des scènes d’action spectaculaires que de frapper chirurgicalement dans les moments intimistes. Il faut dire que son trait de torpedo est sublimé par le travail de sniper orfèvre de Kanigaro dans son traitement de la couleur, aussi pertinent qu’original. Cet album est aussi la preuve qu’un dynamique éditeur régional comme Vagabondages est capable de tenir la dragée haute aux grandes maisons. Cette modeste maison d’édition avait déjà annoncé la couleur avec la très sympathique série polar bretonne Fanch’ Karadec (3 tomes à déguster) et le succès mérité de sa pentalogie historique Normandie Juin 44 (coffret à se procurer d’urgence pour fêter le Débarquement !). Pascal Daniel incarne cette vision trop souvent oubliée d’un éditeur partenaire de ses auteurs. La meilleure démonstration de ce travail d’équipe, mené dans l’émulation et le respect mutuel, est cet album que vous tiendrez entre vos mains. C’est tout ce que la BD doit être, une aventure inédite où vous prendrez un pur plaisir narratif, en attendant fébrilement la suite…

Miceal

 


Vinie graffiti, des couleurs plein la tête

Jérôme Deiss / Opus Délits, 2014

Le 46e titre de la collection Opus Délits nous présente le jeune parcours graphique d'une passionnée qui n'a eu de cesse d'apprendre, de progresser et de produire des murs joyeux, travaillés, nouveaux, à la fois dynamiques (abondance erratique de textes et de saturations chromatiques) et apaisants (dégradés monochromes de teintes chaudes et courbes pleines et douces). Le texte se compose d'une rapide présentation par son complice Réa, d'un texte clair de Jérôme Deiss retraçant le trajet de Vinie (Toulouse, Nantes puis Paris) et se termine par des interviews pour mieux cerner la démarche de l'artiste. Les photos proviennent de passionnés amateurs (dont votre serviteur) et sont toutes très belles. Elles illustrent visuellement l'évolution de l'artiste, qui s'incarne dans celle de son personnage de B-girl, véritable avatar de ses idées et interrogations graphiques et qui aboutit (avant son passage au Louvre où elle déborde joliment du cadre) au mélange parfaitement équilibré du perso et du simili-lettrage dans son duo avec Réa : un perso qui cherche à épouser avec harmonie les murs qu'il occupe et les formes de Réa (calligraphie organique-végétale-lumineuse) qui l'enlacent ou le côtoient. Petit livre à consulter rapidement pour prendre connaissance du travail de cette artiste sincère qui cherche et trouve, avant d'attendre avec impatience la suite de cette quête graphique.

OB 

 


Quand le Hip Hop devient art

French Connection Films

Ce documentaire sur la danse Hip-Hop est une véritable réussite. Il nous aide à mieux comprendre l’évolution de cette culture urbaine et les raisons de son succès populaire grandissant, malgré le déni de diverses instituions et des acteurs culturels classiques.  En donnant la parole aux anciens, aux chorégraphes du moment et à certains jeunes danseurs, le réalisateur crée un lien entre le spectateur et le performeur. Nous pouvons ainsi apprécier leur démarche et leurs intentions. Tandis que la danse contemporaine dans notre pays tourne en rond depuis des années et ne s’exporte plus, le hip hop français est demandé dans le monde entier… Une belle leçon à méditer pour les acteurs de la musique et de la scène graffiti ! Leur rigueur et la qualité de leurs mises en scène sont reconnues dans les autres grandes nations du Hip Hop. Il est agréable de voir les crews avant le show et durant leur préparation, une sorte de partage unique pour ceux qui ne connaissent pas.

TBY
-->


Jimmy C

Nath Oxygène et B. Silhol / Opus Délits, 2014

Le travail artistique de Jimmy C est fondamentalement influencé par ses origines australiennes, en particulier par la peinture inspirée des arts traditionnels aborigènes mais aussi le travail des maîtres du pointillisme. Ce peintre muraliste a laissé son empreinte sur les murs de plusieurs villes avec, en filigrane, l’image du cœur, fil conducteur de ses œuvres, une sorte de primauté pour l’artiste de l’émotion sur l’intellect. Ce nouvel opus est bilingue avec des illustrations de qualité et une interview à découvrir pour mieux cerner sa démarche…

TBY



Goin

Jérôme Catz / Opus Délits, 2014

Ce livre est une belle surprise, tant au niveau des textes que des images : Goin, pochoiriste ayant comme socle la culture punk et underground, s’exprime dans l’univers urbain à l’instar de Banksy avec qui il partage une certaine proximité graphique. Le message politique est incisif et les œuvres sélectionnées dans ce livre nous donnent une vision assez exhaustive de l’action de ce street artiste. Une lecture agréable qui vous donnera envie d’approfondir le sujet « Goin » !   

MLB



Stromae, le maître du tempo

Pierre Pernez / City, 2014

Stromae est certainement une des grandes surprises sur la scène francophone de ces dernières années. Ce Belge d’origine rwandaise a su imposer son style, entre rap aux accents de Brel et des mélodies proches de la variété. L’auteur de cette première biographie a questionné des proches de Paul Van Haver, aka Stromae, pour réaliser cette enquête assurément riche et intéressante si l’on est un fan de ce chanteur. Le récit le plus poignant est sans conteste celui où l’auteur raconte l’histoire de ce garçon métis, né d’une mère belge et d’un père rwandais qui l’a abandonné. Un ouvrage simple mais passionnant.  

MLB

           

L’envers Péotique

Romain Parement / Les éditions Chapitre.com, 2014

Romain Parement a 25 ans et vit à Nantes, sans formation littéraire, musicale, en arts graphiques ou aux beaux arts mais il est depuis longtemps à l'affût des cultures qui sortent de l'ordinaire. Il aime écrire en jouant avec les mots, dessiner en inventant des formes et des lettres et ce depuis plus d'une dizaine d'années. Il a voulu réunir toute cette passion dans ce livre. En effet, ce recueil de poèmes peut être considéré comme une des premières œuvres littéraires hip-hop ! Une belle surprise que nous avions déjà mise en avant sur notre site en présentant l’auteur et son travail. Les textes sont très recherchés et mis en scène grâce à des illustrations aux traits incisifs. Un ouvrage à lire !   

TBY



XOOOOX

B. Wolbergs et I. Hoppe / Gestalten, 2012

Cette monographie (en anglais uniquement) élégante, qui comporte des textes riches et des explications sur le travail de l’artiste, nous présente l’œuvre du street artiste XOOOOX. Celui-ci s’est évertué, avec ses pochoirs et ses collages de personnages féminins, à orner tous les murs de Berlin. Les photographies sont très parlantes et mettent en valeur chaque œuvre : mise en scène subtile, lumière et cadrage parfaits ! Un ouvrage qui est à la fois un catalogue et une œuvre d’art !    

MLB



La technique du périnée

Ruppert et Mulot / Aire Libre, 2014

C’est l’histoire d’un mec… qui rencontre une jolie femme grâce à une appli. Par la suite, ils vont régulièrement se connecter sur Skype pour avoir des orgasmes à distance. Leurs échanges finissent par se concrétiser par une rencontre dans la vraie vie. S'instaure alors entre eux un étrange jeu de séduction qui ne dit pas son nom... Les deux auteurs nous proposent une bande dessinée très urbaine et dans l’air du temps avec un traitement graphique épuré et des couleurs qui varient selon les séquences et les humeurs. Une véritable réussite narrative qui ne peut que plaire… ou faire réfléchir sur les outils modernes de communication au service de l’amour virtuel !   

TBY



Omaha beach, 6 juin 1944

Robert Capa, Morvan et Bertail / Dupuis, 2014

Ce premier volume est consacré à Robert Capa, célèbre reporter qui a été l’un des témoins du débarquement à Omaha Beach le 6 juin 1944. Cette bande dessinée est à la fois un récit narratif classique, avec des dessins vifs et bruts accompagnés de dialogues bien ciselés. Un dossier historique avec des images d'archives photographiques de l'agence Magnum Photos complète cet ouvrage, une nouvelle manière de raconter la photographie, la rendre plus vivante et accessible au grand public. Le concept semble prometteur, attendons de voir les prochains tomes…

TBY



Rencontre sur la Transsaharienne

Verdier et Christin / Aire Libre, 2014

Une BD road-movie réaliste et sensible autour des thèmes du voyage et de la migration par le grand scénariste Christin. Au même moment, en trois points du monde, des jeunes gens se préparent à partir. Pour Fanny, Nico et Lila, c’est le grand départ pour l’Afrique, où les attend une mission humanitaire. Diop et Norbert quittent leur village africain pour une vie meilleure en Europe et Karim et Shafiq s’apprêtent quant à eux à prendre l’avion qui les mènera d’Arabie Saoudite au Sahara, où ils doivent participer à une chasse. Ils n’ont rien de commun, mais ils vont tous emprunter la Transsaharienne, cette route perdue au milieu du désert, étrangement propice aux rencontres les plus improbables. Le scénario est basique mais bien ficelé, avec un dessin très années 80 qui pour le coup fonctionne bien pour ce genre d’aventure. Un peu de rêve et de voyage par les temps qui courent sont les bienvenus...  

MLB



Paloma, espionne avant tout !

Ancestral Z et Mojo / Ankama, 2014

Ancestral Z et Mojo, les auteurs de Chaosland, reviennent avec une aventure mêlant espionnage, ambiance dessin animé et gadgets en tout genre. Le résultat est étonnant, sans plus. Le dessin est simple et efficace, il a un même un côté old school qui peut plaire. L’histoire est assez banale et parfois confuse. Il est difficile de juger de l’histoire sans avoir lu la suite mais le premier tome souffre peut être d’une réalisation trop rapide ou d’une envie d’utiliser des ficelles narratives qui ne marchent pas à tous les coups. A l’arrivée, un album un peu décevant !

MLB



Le petit loup rouge

Amélie Fléchais / Ankama, 2014

Ce conte sombre est une relecture du Petit Chaperon rouge où les rôles s'inversent, où deux visions, réminiscences d'un passé cruel, vont se confronter. Les illustrations sont magnifiques mais l’idée de départ de l’histoire a été maintes fois utilisée… Dommage ! Les dessins sont superbes et se suffisent à eux-mêmes pour les amateurs éclairés du conte. Un auteur à suivre quoiqu’il en soit !  

TBY


Hey ! #18

Ouvrage collectif / Ankama, 2014

Au sommaire de cet excellent numéro : Shawn Barber, Freddy Corbin, Carlos Nine, Taxidermia, De Monstris, Kris Kuksi et bien d’autres artistes encore pour le plaisir de nos yeux. Le carnet dédié aux illustrations d’Alex Ross (Superman) mérite le détour : la force du dessin et la souplesse du trait ! Un second carnet de Baladi & Mezzo, Lucrècia vs Danièle, est à feuilleter pour son traité graphique noir, rouge et vert. Le tatouage est à l’honneur également… Une valeur sûre.

TBY


Tattoos, tous tatoués !

Editions Montparnasse

Ce reportage réalisé par Marc-Aurèle Vecchione est à la fois didactique et très bien réalisé. Il nous permet de voyager dans le monde du tattoo qui possède ses règles et ses maîtres, ses pays avant-gardistes et ses traditions. Des signes chinois au style tribal, de l’ignorant style à l’écriture corporelle, le tatouage est entré dans les mœurs des sociétés riches d’aujourd’hui. Autrefois signe distinctif des marginaux et des taulards, le tatouage est maintenant porté par des gens de toutes les classes sociales. Celui-ci permet de revendiquer ses envies et sa personnalité, affichées sur sa propre peau, tout en le rendant partie intégrante de l’individu qui le porte. On aperçoit furtivement Zeyo, graffeur et tatoueur à Lyon, que nous avions interviewé dans un précédent numéro ! Un film qu’il faut absolument voir pour comprendre cet univers qui demeure encore assez hermétique pour les non-initiés.

TBY 

jeudi 18 septembre 2014