dimanche 8 janvier 2012

Interview de Rodney CDK //



A quel moment as-vu tes premiers tags et tes premiers graffs ?

Entre 1997 et 2000 alors que j'étais encore un mino. Les premiers tags et les premiers graff que j'ai vus on été autour de ma campagne du côté de la région du Cher et de la Nièvre, dans des petites villes telles que Cosne sur Loire, Nevers avec de bon graffeurs étant déjà très actifs comme Soir2, Igrek, Keuz, Olson, le crew ACC avec Kalouf, Suéno, Tyker, Mel1, Sway, Disk… À Bourges aussi ! Par raport aux grandes villes, la scène graffiti était plutôt faible, mais quand même bien présente : c'est aux abords de ces villes que j'ai vu les premières peintures.
Egalement lors des déplacements pour voir la famille dans des villes bien plus actives comme Paris bien sûr et aussi Grenoble où on ne peut que constater la scène graffiti omniprésente, mais en définitive ma découverte du graff fut locale.

Quand est-ce que tu as commencé à taguer et à graffer ?
C'est à la suite de cette découverte en 2000/2001 que j'ai commencé au collège à sketcher des lettres sur papier, à « gueta » tout le temps et surtout partout où je pouvais sans avoir aucun niveau mais avec une réelle passion : c'est devenu mon « vice » comme pas mal de mes potes !

Où as-tu peint la première fois ? Et où as-tu posé ton premier tag ?
N'ayant pas de revendeur de bombes vers chez moi (et bien sûr pas forcement internet) c'est lorsque je me rendais à Grenoble que je suis tombé sur un shop (Coma Sound Cartel qui n'existe plus malheureusement) où on pouvait trouver des sprays à 20 francs la bombe (la bonne époque !), de la « true colorz » ainsi que des « sapes graffeur » comme « flatlinerz » et du « vinil » et des cassettes hip hop. C'est donc là que j'ai acheté mes premiers sprays puis mes premières conneries dans la rue et mes premières peintures sur l'énorme mur légal se situant sur les quais de l'Isère là où la scène graffiti était tous les jours présentes.


Quel est ton pseudo depuis le début ?
J'ai toujours posé RODNEY, mais à la base je l'écrivais avec NI ou NY ; aujourd'hui j'en suis à faire quelques variantes comme RODS ou S.ROD. Je suis assez content de cet enchaînement de lettres et je ne veux pas en changer.

Mon histoire est assez classique comme je l'ai dit ! Entre 2000 et 2005, mes années collège, j'ai découvert ce mouvement car étant déjà plutôt distrait en cours je dessinais beaucoup, écoutais beaucoup de hip hop et j'étais vraiment passionné par ça : tout le reste était facultatif pour moi ! C'est surtout le vandal qui m'interpellait et m'intriguait. J’étais étonné de voir des pièces en couleur d’Ecraz, de Vizion à Paris ou alors de Soir2 dans ma région en plein sur le périph ou en v.f. J’ai eu envie d'acquérir un certain niveau de lettrage avant de pouvoir me mettre à la pratique et au vandal. C'est une valeur qui me semble encore importante aujourd'hui, je ne voyais pas l'utilité d'aller poser des pièces bidons sans aucun niveau, juste pour dire que je suis vandal !  Pour mes seules « prod vandal » de l'époque, j'allais m'isoler dans des endroits où presque personne n'aurait pu les voir comme dans des entrepôts désaffectés et où je pouvais prendre mon temps (rires)… Tout cela entre Cosne sur Loire et Grenoble ! Je trouve ça plus intéressant d'avoir déjà un peu de « level » et de pouvoir caler des vandals au moins cohérents et stylés, ce n'est que mon avis… De ce fait, je n'ai pas réellement fait beaucoup de vandal à mes débuts, j'allais peindre en terrain en achetant mes bombes avec mon argent de poche et j'ai commencé à utiliser le spray… Tout ça vers 2002 ! Pour ce qui est du tag, c'est autre chose, j'ai toujours essayé de mettre mon blaze partout et ça depuis le début : c'est de l'ego trip, j'aime voir mon blaze là où je suis passé (comme tout geurta quoi !).

 La scène graffiti locale était belle et bien présente avec les ACC en faisant d’énormes fresques techniques et complètes et encore aujourd'hui je suis loin de rivaliser. Ils restent une de mes influences majeures, c'est un peu des darons pour moi, ils ont encore beaucoup à m'apprendre !

J'allais oublier un contact de paris REACKO des BMA que j'ai rencontré par l'intermédiaire d'un ami en 1998 ; il m'a donné quelques conseils sur le travail et la déformation des lettres. En gros, il maîtrisait déjà un wildstyle de qualité ! je n'ai plus de nouvelles aujourd'hui mais ce gars m’a vraiment motivé, influencé et m'a encouragé à bosser mes lettres encore et encore ….
Pour les années qui on suivis jusqu'à aujourd'hui  j'ai beaucoup travailler mon styles , me suis améliorés et maintenant je rattrape le temps (passer a sketcher)  a essayer de faire des belles peinture ,des belle photo et suis toujours a la recherche du spot qui me fera tirer le meilleur rendu de ma pièces . J'aime également peindre avec d'autre writerz dont leur travail me plait .


As-tu peint des métros ou des trains en France ?
Malheureusement, je n'ai pas encore peint de trains ni de métros mais j'espère bien changer ça au plus vite : c'est un des supports que je n'ai pas encore pratiqué et pourtant un des meilleurs…



Quel est selon toi le premier graffeur dans ta ville ?
À ce que je sais cela doit être les INK (Volum, Madmax, Pschitt aka Poter et Bonx) ; ensuite, ou à peu prés au même moment Soir2 qui a été présent un peu partout.

Quels étaient les endroits où ils peignaient au début ? 
Principalement, des spots illégaux pour ce qui était de la scène vandal : des v.f, des nationales ou des autoroutes en direction de Paris ou de Lyon dans l'autre sens ; pour le reste, ils y avait certains terrains comme par exemple une usine désaffectée vers Tracy proche de Sancerre qu'avait investi les ACC et plusieurs autres spots du genre dont un mur légal se situant à Nevers.

Et toi ?
À mes débuts, c'était plutôt dans des endroits pépères loin des maisons, des entrepôts, des gares abandonnées de village où à ma grande surprise je voyais déjà des prods d’Olson, Igrek, Soir2… C'est en grande majorité autour de chez moi, dans ma campagne que je trouvais des spots où je pouvais m'entraîner tranquillement.

Peux-tu nous parler de ton premier crew et de son histoire ?
Mon premier crew CDK est composé de REGIS, SETCH, HOFUS et dernièrement REMIX ; il a été fondé lors d'un concert de rap par moi et HOFUS. On a réfléchi pour trouver un crew avec 3 lettres avec un délire derrière : C.D.K à la base pour Cochon Dinde Killerz, le cochon dinde étant notre emblème ou encore Club de Konnard, Consomme du koala...
Pour ce qui est de sa formation, on s'est tous rencontré au lycée et ayant la même passion et pratiquement la même culture hip hop on s'est vite associé, histoire de se motiver et d'évoluer ensemble. Malheureusement aujourd'hui, on est plus ou moins séparé mais toujours autant motivé et en contact. Dès que l'on peut et selon nos dispositions, on se retrouve pour faire des peintures.

Il est toujours présent mais on n’est plus dans la même ville. Les membres sont toujours actifs et en évolution constante : REGIS (Genis) est très actif sur toutes les scènes (vandal, legal) et voyage assez fréquemment ce qui fait que son style s'améliore avec sa culture. HOFUS a pas mal bougé également et il est connecté avec des mecs très forts : il a maintenant un très bon style et il est également très actif avec des pièces de qualité. SETCH reste actif sur la scène vandal vers chez lui et il a déjà fait des roads graffs trips un peu partout en France : il a un bon nombre de peintures à son actif. REMIX, la nouvelle recrue, que j'ai choppé à Tours en 2010 est un peu plus jeune que nous mais « sur-motiver » avec déjà son propre style, un bon nombre de peintures de qualité et déjà un nom dans sa ville. Le faire rentrer dans le crew ramène un peu de fraîcheur même si la moyenne d'âge du crew est de 22 ans… 
Il y a aussi le IZI crew qui m'a invité à les rejoindre, il y a quelques mois, avec MESH, NACLE, HEW, TROKE, REGIS, SIXFRE (WIKER), EKLOR.



As-tu exposé en galerie ?
Non, je n'ai jamais exposé en galerie mais j'expose certaines de mes toiles dans deux magasins plutôt hip hop à Tours (Nash et 42eme rue), mais j'ai pas mal de toiles que j'espère exposer un jour…

Est-ce que tu vis du graffiti art ?
Pas du tout ! Cela reste une passion et une sorte de challenge pour moi. En aucun cas je voudrais en vivre, bien sûr, si je suis sponsorisé pour voyager dans le monde avec des stock de bombes et faire de la promotion (on a le droit de rêver !)… Je me contente éventuellement d'arrondir mes fins de mois difficiles.


Une anecdote pour finir ?
Très récemment mon collègue Remix avait « péta » une échelle sur un chantier au bord de la voie, donc il m'a refilé l'info et le soir même je m’y suis rendu avec un pote (REIVS WKS ) et je me suis fait plaisir. J’ai remis l'échelle sous le pont en la cachant un peu… Quelques jours plus tard, Remix et moi sommes retournés pour taper toute la v.f sur toutes les hauteurs possibles. En arrivant vers le pont sur les coups de 23 heures, j'aperçois l'échelle sur le mur avec une peinture en cours, mais personne… Quelques minutes plus tard trois gars sortent de derrière un mur et, à peu prés au même moment, un train de marchandises déboule. On se cache et on entend un énorme bruit ! Ces gars avait mis l'échelle en appui sur les rails : bilan le train qui freine, police ferroviaire appelée… On d'étale énervé et on finit de peindre sur une autre v.f en pleine ambiance brume et trains fantômes, où je me suis tordu la cheville et on est reparti limite à cloche-pied ! Soirée pourrie  ! 



Dédicace : Regis, Remix, Hofus, Setch, Reivs, Mesh, Wiker, Eklor, Krema, Nacle, Basic, Hew, Troke, Ouel, Yasb, Tuc, Icole, Seter, Test, Merlin, Plume, Jocker, Stick, Fleo, Chek, Abis (Io Les Dfb ) Velu, Ganood, Waxo, Fduc et ceux que j'ai oublié…
Interview de Tarek
Photographies de Rodney


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire